REPORTAGES PUBLICATIONS CONTACT
LA TOMATE GEOTHERMIQUE
REYKHOLT, BLASKOGABYGGÐ, ISLANDE © SAMMY BILLON / ZEPPELIN NETWORK

Fruit d'une nature volcanique et géomorphologique, la géothermie islandaise dépasse largement les besoins énergétiques de la population. Dans ce pays d'à peine 300 000 habitants, on ne compte plus les exploitations agricoles utilisant l'énergie du sous-sol pour cultiver fruits et légumes sous serres. Ici, on fabrique des produits de proximité, poussés sans intrants, confortant l'image d'un pays déterminé à faire corps avec une nature hostile qu'il vaut mieux apprivoiser que bousculer. En plein cœur du Cercle d'or, la région au sud de Reykjavik abrite les plus célèbres sites touristiques d'Islande. Outre les chutes de Gullfoss, le Lagon bleu, le Parc national de Thingvellir et les geysers de Geysir, se cache un trésor réservé aux plus curieux : les serres géothermiques. C'est là que sont produits quasiment tous les légumes de l'île-nation.

[Geysir, Islande] La région du Cercle d'or regorge d'innombrables merveilles telles que des geysers et des sources d'eaux chaudes.





[Parc national de Thingvellir, Islande] La géothermie très active de la région s'explique par la subduction des plaques tectoniques eurasienne et américaine. Ici, on distingue la faille de Silfra, dont l'écartement est d'environ 2 cm par an.


[Grindavik, Islande] Prisé par les touristes, le Lagon bleu est constitué de bassins d'épandages d'une station de forage géothermique, où de l'eau chaude chargée de silice est captée à plus de 1000 m de profondeur.
[Bláskógabyggð, Islande] Pour permettre une croissance optimale des tomates, elles sont éclairées 17 heures par jour afin de compenser la faible insolation du pays. Elles ne sont éteintes qu'entre 23 heures et 6 heures du matin.





[Bláskógabyggð, Islande] Les serres de Fridheimar représentent 5000 m² de culture.


[Bláskógabyggð, Islande] L'eau est captée en profondeur et acheminée jusqu'aux centrales géothermiques via d'immenses pipelines.


[Bláskógabyggð, Islande] L'Islande produit son électricité grâce à plusieurs centrales géothermiques et grâce à différentes retenues d'eau disséminées dans le pays. Ici, la centrale de Hellisheiði.


[Bláskógabyggð, Islande] La température à l'intérieur des serres est constamment à 24°C. Elle est maintenue toute l'année grâce à la régulation du débit d'eau provenant de la source géothermique. Les serres sont quadrillées de tuyaux d'eau à la fois sur les paroies des serres, au sol et au plafond.
[Bláskógabyggð, Islande] Cultivés en hors-sol, les plants de tomates mesurent plusieurs mètres de long.





[Bláskógabyggð, Islande] Les plants de tomates sont créés dans la « nurserie ». 6 semaines sont nécessaires pour qu'un plant pousse de 30 cm. Les plants sont ensuite intégrés dans les grandes serres pendant 7 semaines.


[Bláskógabyggð, Islande] L'exploitation récolte chaque jour près de 1 tonne de tomates, soit près de 360 tonnes par an. A elle seule, elle représente 18% de la production nationale de tomates.


[Bláskógabyggð, Islande] L'exploitation récolte chaque jour près de 1 tonne de tomates, soit près de 360 tonnes par an. A elle seule, elle représente 18% de la production nationale de tomates.


[Bláskógabyggð, Islande] Les plants de tomates ne sont traités avec aucun pesticide. Une vigilance extrême est demandée à toutes les personnes manipulant les tomates afin qu'aucune maladie ne soit importée.
[Bláskógabyggð, Islande] Plus de 600 bourdons travaillent à polliniser les plants de tomates.





[Bláskógabyggð, Islande] Les ruches sont importées des Pays-Bas. Tous les 15 jours, une nouvelle ruche est installée pour pallier les morts naturelles de bourdons.


[Bláskógabyggð, Islande] On utilise des ruches de bourdons pour polliniser les 5000 m² de cultures. 10 boîtes sont disséminées dans l'exploitation.
[Bláskógabyggð, Islande] Les serres de Fridheimar représentent 5000 m² de culture.





[Bláskógabyggð, Islande] Les tomates sont récoltées et empaquetées dans l'exploitation. Dès le lendemain de la récolte, elles sont disponibles sur les étales des magasins islandais.


[Bláskógabyggð, Islande] L'exploitation de Fridheimar existe depuis 23 ans. Passionnés, les exploitants ont cultivé une connaissance remarquable de la tomate sous serre.
VOIR TOUTES LES IMAGES
LE PHOTOGRAPHE SAMMY BILLON
Photographe professionnel de 24 ans, Sammy a suivi 2 années d'études de photographie afin d'apprendre tout le fondement de ce milieu, avant d'intégrer durant plus de 4 ans un studio de publicité. Fort de cette expérience, il s'efforce de l'utiliser pour mettre au mieux les sujets de ses reportages en lumière. Egalement vidéaste et télépilote de drone, il s'intéresse aux nouveaux vecteurs de communication pour réaliser ses reportages sous un angle novateur et percutant.