REPORTAGES PUBLICATIONS CONTACT
COVID-19 : 24 HEURES EN RÉA
ANNECY, HAUTE-SAVOIE, FRANCE © TRISTAN REYNAUD / ZEPPELIN NETWORK

24 mars 2020. Au Centre hospitalier Annecy Genevois, le Service de réanimation du Dr Albrice Levrat reçoit les patients atteints par le Covid-19. Il dispose en temps normal de 18 lits. Il est géré 7j/7, 24h/24 par plus de 100 personnels soignants (38 aides-soignants, 60 infirmiers et 12 médecins). Le personnel est divisé en deux équipes, une équipe de jour (8h-20h) et une de nuit (20h-8h). Début mars, le service a créé 44 lits supplémentaires en quelques jours pour faire face à la menace du coronavirus. L'hôpital d'Annecy dispose désormais de 62 lits de réanimation prêts à recevoir les futurs patients Covid+ intubés-ventilés. La montée en charge tant redoutée par les soignants est là. Ils sont prêts à y faire face.

1er avril 2020. La montée en charge est là. En une semaine, le service de réanimation est passé de 3 patients covid à presque 30 aujourd'hui. La salle de réveil aménagée en « Réa 4 » pour recevoir 22 lits supplémentaires est ouverte. Les patients y sont désormais transférés. La « Réa 4 » dispose de 3 sas pour le moment isolés les uns des autres. Le sas 1 (4 lits) et le sas 2 (8 lits) sont pleins. Les équipes d'anesthésie gèrent ces nouveaux lits en collaboration avec les réanimateurs.

LE PHOTOGRAPHE TRISTAN REYNAUD
Tristan couvre l'actualité française pour l'agence Sipa Press. Politique, société et culture sont les grands thèmes qui l'emmènent sur différents terrains d'investigation : élections présidentielles françaises, frontière hongroise, problématiques migratoires. Il s'oriente aujourd'hui vers des histoires plus longues. Il publie dans les plus grands magazines (Paris Match, Le Monde, Le Point, L'Obs, …).
VOIR AUSSI CENTRE 15 VS. COVID-19
Depuis le patient zéro, localisé le 7 février 2020 aux Contamines-Montjoie, le nombre d'appels au SAMU 74 ne cesse d'augmenter. Parmi tous ces appels, un cinquième sont classés « patients avec symptômes du Covid-19 ». En Haute-Savoie, les moyens sont là, mais le personnel est à bout de force. Dans l'ombre du confinement, ces femmes et ces hommes poursuivent leur travail face aux vagues successives de l'épidémie.