REPORTAGES PUBLICATIONS CONTACT
BOXE DES RINGS DANS LA RUE
ÎLE DE FRANCE, FRANCE © ROMAIN ADAM / ZEPPELIN NETWORK

Face aux violences urbaines, des rings éphémères sont installés aux quatre coins de l'agglomération parisienne. Créée en 2021 par deux boxeurs des Yvelines, l'association Amour et Sport propose aux jeunes de s'affronter d'égal à égal. Elle promeut ainsi la boxe anglaise au sein des quartiers populaires. Retransmis sur les réseaux sociaux, les combats sont spectaculaires mais toujours empreints de respect. Une valeur chère à Yann Eugène, le président de l'asso, qui va de quartiers en quartiers pour susciter des vocations.

[Aubervilliers, Seine-Saint-Denis] La foule cerne le ring où s'affrontent des boxeurs. Ce jour-là, une dizaine de combats se déroulent à la Cité des Lilas-Myosotis. Un an après sa création, Amour et Sport avait déjà organisé une trentaine d'événements de ce genre.





[Trappes, Yvelines] Yann Eugène présente son association. Il encourage les jeunes qui attendent devant les entrées des immeubles du quartier Maurice Thorez à « se prendre en main » et à « se battre ». Il sait qu'ici, les opportunités de s'épanouir sont maigres, tandis que le deal est un moyen facile de gagner de l'argent.


[Les Clayes-sous-Bois, Yvelines] Yann Eugène, président d'Amour et Sport, salue Philippe Huré, adjoint à la mairie des Clayes-sous-Bois, délégué à la Vie associative, sport et bien-être. Le travail avec les municipalités d'Île-de-France est primordial pour identifier les publics défavorisés et travailler dans de bonnes conditions.


[Saint-Brice-sous-Forêt, Val d'Oise] Manigance partage un moment de convivialité avec ses amis. À 28 ans, il vient de purger 8 ans de prison pour divers braquages et récidive. À sa sortie, ce sont ses amis qui, en le voyant s'entraîner, l'ont inscrit à Amour et Sport.


[Saint-Brice-sous-Forêt, Val d'Oise] Autodidacte, Manigance s'entraîne seul à la boxe, et parfois en sparring (face à un autre boxeur). Après sa peine de prison, ce sport de combat lui offre des perspectives, et l'occasion de se réinsérer au sein même de sa famille.
[Rungis, Val-de-Marne] Sous les conseils et les encouragements de Yann, Ousmane (au centre) s'entraîne en sparring contre Jawad, un ami qui pratique le MMA. L'association Amour et Sport constitue un vrai tremplin pour Ousmane, 21 ans, qui poursuit sa carrière en boxe amateur depuis 2 ans. En lui permettant d'accéder à des combats inter-quartiers, ce qu'il ne pouvait pas faire avec son club, sa confiance en lui s'est considérablement développée.





[Les Clayes-sous-Bois, Yvelines] Hadillah Mohoumadi, champion d'Europe de boxe et membre d'Amour et Sport, initie les néophytes des Clayes-sous-Bois aux valeurs et à la pratique de la boxe anglaise.


[Rungis, Val-de-Marne] Lise participe à son premier cours de boxe. Yann lui montre la posture à adopter, les pas à enchaîner, et comment donner les bons coups sans se faire mal.
[Rungis, Val-de-Marne] Grâce à Amour et Sport, Shadow et Manigance peuvent accéder gratuitement au complexe sportif de MMA Factory. Après leurs combats respectifs dans différents quartiers, ils s'entraînent dorénavant côte à côte.





[Paris] Shadow a repris la boxe pendant le confinement du Covid-19. Ici avec son coach, il s'entraîne loin des quartiers populaires. Il espère bientôt commencer les combats professionnels. En attendant, son adhésion à Amour et Sport lui permet de se tester lors de combats inter-quartiers.


[Paris] Originaire de Brunoy, dans l'Essonne, Shadow gagne sa vie en tant que cuisinier chez un traiteur parisien. Outre les combats, il a beaucoup de projets dans le milieu de la boxe, car à 37 ans, il sait que sa carrière professionnelle ne sera pas très longue.
[Aubervilliers, Seine-Saint-Denis] Fifty remet en jeu son titre de « champion inter-quartier des plus de 91 kilos » et la ceinture qui va avec, ici brandie en arrière-plan. Il n'y a pas de prix à gagner, mais le respect à la clef.





[Aubervilliers, Seine-Saint-Denis] Au mégaphone, Yann remercie la municipalité et le public venu nombreux avant de lancer les premiers combats.


[Aubervilliers, Seine-Saint-Denis] Shadow s'équipe avant d'entrer en lice. Son coach et les autres boxeurs de son club sont venus le soutenir.
[Aubervilliers, Seine-Saint-Denis] Massée derrière des barrières sur un terrain synthétique souple de la Cité des Lilas-Myosotis, la foule cerne le ring. Galvanisés par l'événement, certains participants s'inscriront finalement dans des clubs pour devenir compétiteurs.





[Aubervilliers, Seine-Saint-Denis] Chaque combattant est pesé pour affronter un adversaire de la même catégorie. Il doit être muni de gants, d'un casque et d'un protège-dents. « Sinon le boxeur ne combat pas », prévient Yann Eugène, le président.


[Aubervilliers, Seine-Saint-Denis] Les combattants s'échangent coup pour coup. Selon les règles de la boxe anglaise, ils doivent frapper le visage et le buste de l'adversaire. Des points sont attribués à chaque coup de poing considéré comme « net, puissant et précis ».


[Aubervilliers, Seine-Saint-Denis] Les coups de poing sont violents. L'arbitre doit être ferme et rigoureux pour arrêter les 3 rounds de chacun 2 minutes.


[Aubervilliers, Seine-Saint-Denis] À l'issue du combat, les adversaires se serrent dans les bras pour témoigner de leur respect mutuel, comme ici Komoko et Manigance.
VOIR TOUTES LES IMAGES
LE PHOTOGRAPHE ROMAIN ADAM
Dès son premier appareil photo, il en est devenu accro. En 2009, il a parcouru l'Inde, son premier grand voyage, joignant son obsession pour la photographie à ses envies d'ailleurs. Depuis lors, il n'a de cesse de capturer des scènes de vie, des personnes incroyables et inspirantes, et de les documenter au moyen d'enregistrements audio, vidéo et bien évidemment photo. Mélomane à ses heures, il octroie beaucoup de temps aux artisans musiciens qu'il rencontre aux quatre coins du monde.